Accueil » Le genu Valgum

Le genu Valgum

Qu’est-ce que le « Genu Valgum » ?

Contrairement au « Genu Varum » qui est son opposé et dont la particularité est définie par le fameux syndrome des jambes arquées, le « Genu Valgum », lui, est une pathologie qui se manifeste par une déviation des genoux vers l’intérieur, appelée également « genou cagneux », ceux-ci se touchant alors que les chevilles se trouvent dans l’impossibilité de se réunir. La résultante en est des jambes en X avec saillie des genoux vers l’intérieur et déviation, en conséquence, de l’axe des membres inférieurs. Physiologique jusqu’à l’âge de 6-8 ans, le « Genu Valgum » devient pathologique, s’il perdure après cet âge.

Les causes du « Genu Valgum »

Symétrique la plupart du temps, le « Genu Valgum » peut aussi, dans certains cas, se développer de façon asymétrique. De même, il peut s’agir, soit d’un « Genu Valgum » dit « essentiel », soit d’un « Genu Valgum », dit « secondaire », chacun provenant de causes différentes. Pour le premier, on parlera souvent d’hérédité familiale ou de surcharge pondérale là où, pour le second, on imputera les jambes en X à des troubles de croissance. Et notamment :

  • Lors de traumatismes au niveau du cartilage dans l’épiphysiodèse post-traumatique (pathologie qu’on retrouve chez les enfants battus, notamment).
  • Lors d’une hyper-croissance du tibia après une fracture de l’extrémité proximale de ce même tibia.
  • Lorsqu’il existe une carence en vitamine D ayant comme conséquence un rachitisme provoquant un retard ou une absence de minéralisation des os.
  • Dans le nanisme ostéochondrodysplasique, maladie héréditaire rare, affectant l’ensemble du développement du squelette et se traduisant par un arrêt de la croissance ou un fort ralentissement de celle-ci.
  • Mais aussi, dans le même ordre, la pseudoachondroplasie, caractérisée par un retard de croissance associé à des troubles de la statique des membres inférieurs ou déformation de ceux-ci avec incurvation, ou encore par la présence d’une hyperlordose, accentuation anormale de la courbure de la colonne vertébrale.

Les symptômes du « Genu Valgum »

Ils sont en général bien visibles car lorsqu’il y existe un « Genu Valgum », les deux genoux se rapprochent jusqu’à se toucher quasiment tandis que les chevilles s’écartent l’une de l’autre. Bilatérale ou unilatérale, symétrique ou asymétrique, l’existence de genoux cagneux a pour conséquences de gêner la marche, de perturber les mouvements des membres inférieurs, de provoquer des douleurs aux genoux et, dans tous les cas, de risquer d’entrainer une forme d’enraidissement qui n’est pas sans conséquence sur l’équilibre statique et dynamique de l’enfant, de l’adolescent, puis de l’adulte. Si le syndrome des jambes en X n’est pas traité, le risque majeur de cette pathologie, outre sa disgrâce, est la destruction progressive du cartilage, déclenchant à terme une gonarthrose, appelée plus communément « arthrose du genou».

Les différents traitements du « Genu Valgum » ?

Avant 6-7 ans, le « Genu Valgum » ne nécessite aucun traitement, la déviation devant normalement s’estomper puis disparaître de façon naturelle. Après cet âge, et suivant la cause, il peut être prescrit :

  • De la vitamine D s’il existe une carence avérée.
  • Un traitement anti-inflammatoire si les douleurs aux genoux sont importantes.
  • Eventuellement une ostéotomie, opération chirurgicale nécessaire si les déformations articulaires et osseuses des jambes en X sont gênantes voire invalidantes.
  • Le chirurgien orthopédique peut aussi procéder à une intervention chirurgicale dans le cas de l’épiphysiodèse post-traumatique, si la destruction du cartilage l’impose.
  • Des séances de kinésithérapie, toujours bienvenues dans ce type de pathologie.

Mais le traitement de base qui sera prescrit, pour soulager la posture et les conséquences du « Genu Valgum » sur l’ensemble de la statique, sera orthopédique avec une prise de rendez-vous chez le podologue pour évaluer la situation. Celui-ci, en fonction de l’importance des conséquences du « Genu Valgum », sera amené à proposer un port de semelles orthopédiques pour soulager les déformations et douleurs dues aux genoux cagneux mais surtout afin d’améliorer les appuis au sol et le bien-être du patient en position debout. Un port d’attelles de nuit peut aussi être prescrit afin d’aider à corriger de façon progressive le « Genu Valgum ».